Français  Deutsch

Agenda Médiathèque Valais

Quoi?
Qui?

Suzanne Delacoste: rencontre littéraire avec M. de Weck, son neveu

Le fabuleux et douloureux destin d’une femme métisse, d’origine valaisanne et brésilienne au début et milieu du 20e siècle! Comment transmettre un héritage littéraire avec la publication d’un inédit à titre posthume.
Date 01.05.2018
Date de fin 01.05.2018
Heure de 16:00 à 17:30
Adresse Avenue du Simplon 6, 1890 St-Maurice
Localité
Document lié Suzannne_Delacoste.pdf
Dans le cadre de notre cycle Café littéraire
Type de manifestation Conférence
Public Adultes, Tout public
Organisateur Médiathèque Valais - Saint-Maurice / St-Maurice
Domaines Langue, littérature
Contact  
  
  

Suzanne Delacoste, bien qu’originaire de Monthey, est née le 27 mars 1913 à Rio Negro (Parana, Brésil), fille de Paul Delacoste et d’Yvonne, née Couty. Son père travaillait au Brésil comme ingénieur pour le compte des Brazilian Railways.
A la mort de sa femme, en 1918, Paul Delacoste rentre en Europe avec ses deux filles, Germaine et Suzanne. Son intention était de les ramener en Valais, à Monthey, où vivait son père, le conseiller d’Etat Edmond Delacoste et sa nombreuse famille.


Suzanne, âgée de six ans est en grand danger : outre la grippe espagnole, elle a contracté par sa mère une tuberculose qui attaque son système osseux. Opérée à Monthey par le Dr Delaloye, elle survivra, mais son corps gardera les séquelles visibles de la maladie.


Alors que Paul Delacoste décide de poursuivre sa carrière d’ingénieur au Congo belge, Suzanne et sa sœur passent plusieurs années au Pensionnat Saint-Joseph, élèves des religieuses d’Annecy, sous le regard du clan familial, à Monthey et à Morgins. Le pensionnat demeure une inspiration récurrente dans l’œuvre de Suzanne Delacoste : des récits, dans ses nouvelles et ses romans, décrivent, avec drôlerie et tristesse, cet univers catholique orphelin.
Suivant les traces de sa sœur, Suzanne après le pensionnat voyage pour apprendre les langues. Elle découvre Londres et plus longuement Vienne, dont le séjour inspire son deuxième roman, « Fédora et la Solitude ».


Suzanne Delacoste commence sa carrière journalistique en collaborant à «Curieux», le premier journal généraliste romand, édité à Neuchâtel dès 1936. Suzanne Delacoste y signe son premier article, « Un dimanche en Valais » dans le numéro du 22 août 1936. Habitant Fribourg, elle tiendra dans « Curieux », sous son nom, durant près de quinze ans, une chronique de la vie fribourgeoise, qui agrafe de sa subtile ironie, clergé, autorités, patriciat et bourgeoisie. Quittant Fribourg pour Lausanne au début des années cinquante, elle collaborera à la « Tribune de Lausanne » et à « La Nouvelle Revue ».


Son activité journalistique lui laisse le loisir d’écrire trois romans : « Les Jardins clos », A l’Enseigne du Cheval ailé (1945) « Fédora et la Solitude », Flammarion (1948) et « Pavane pour l’Amour manqué », Rencontre (1954).
Un quatrième roman, « Couleur de sable », demeure à l’état de manuscrit.
Mis à part ses quatre romans, quelques centaines d’articles et une cinquantaine de nouvelles lui survivent, qui n’ont rien perdu de leur drôlerie. Quelle joie se serait de pouvoir revisiter aujourd’hui, à l’école de son talent, trente ans de vie quotidienne et d’inspiration romanesque suisse romande.


Suzanne Delacoste s’est éteinte à Lausanne le 10 mai 1963.

Plus d'infos

Contact::
Imprimer le contenu de cette page Recommander cette adresse à un ami Télécharger cette page en PDF
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
27 28 29 30 31 01 02
03 04 05 06 07 08 09
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 01 02 03 04
Qui sommes-nous
© 2013 Médiathèque Valais – Powered by / boomerang